Le chemin caché du génie littéraire

 

Quand on rêve, à 15 ans, de devenir écrivain, on se dit que tout se joue dans le talent.

Pour publier des livres, nul doute qu’il faut une surdose de virtuosité avec les mots. Un imaginaire plus palpitant que le cœur. Et aussi de la chance. La chance de trouver LA bonne idée au bon moment.

Avouons-le : ces préconceptions sont loin d’inviter à la créativité !

Si je n’avais pas assez de cet élixir de génie dont font preuve les plus grands écrivains ?

Si ma maîtrise des mots n’était suffisante qu’à faire de moi une bonne journaliste ?

Si ma tête ne foisonnait d’images et de personnages qu’assez pour créer de jolies cartes de souhaits ?

Aaaaahhhh ! Quelle pression !

Mais surtout : quelle fourberie !

15 ans plus tard, alors que je ne rêve plus d’être écrivaine, car je le suis devenue — enfin ! – laissez-moi remettre les pendules à l’heure. Lire la suite