Le secret des concours

Vous est-il déjà arrivé de vous lever un matin et d’avoir l’impression que tout était possible? Un de ces matins où l’on voudrait s’enregistrer tellement on est impressionné par les mots qui sortent de notre bouche! Un de ces matins où on se sent aussi fort que Popeye dopé aux épinards! Aussi brillant qu’Einstein en train de sortir du cadre?

C’est dans un tel état de haute performance que je me suis lancée en février dans la participation à deux concours littéraires. Pas un! Voyons! Deux! 😛

En recevant un courriel du Conseil de la Culture d’Abitibi-Témiscamingue, qui annonçait fièrement la tenue de la 16 ième remise de prix dans la discipline «Conte et littérature», mon cœur s’est emballé.

Ces concours sont pour moi!

Me suis-je dit, le feu aux joues.

Attention, j’arrive! Je défoncerai toutes les portes pour faire l’entrée la plus incroyable dans l’univers culturel de ma région! Regardez-moi bien remporter les deux prix!

Ouais… Ça, c’était mon état d’esprit, ce fameux matin où je me prenais pour Che Guevara en me répétant:

Soyons réalistes. Exigeons l’impossible! 😛

Jour après jour, je me suis attelée à la tâche ardue. J’ai produit toutes les pièces à conviction exigées – oui oui, pour créer la conviction des juges! Démarche artistique? Voilà! Curriculum vitae? Tadam! Dossier de presse? Rendu là, plus rien pour m’arrêter! Et vlan!

J’ai produit une quantité ahurissante de documentations intellectualisant ma création littéraire. Est-ce que j’y ai perdu? Non! Ça non… La magie, dans l’écriture, c’est que plus on écrit, plus on se découvre soi-même. Je suis donc très reconnaissante envers ces concours. Ils m’ont littéralement écarquillé les paupières, et m’ont permis de mieux me reconnaître en tant qu’écrivaine.

Bravo! Merci! Et génial que j’aie foncé dans ce processus d’autoreconnaissance grâce aux concours!

Mais voilà… Il y a un autre versant aux fameux concours, quels qu’ils soient. Il s’agit de l’univers secret des concours. La face cachée de leur brillante lune pleine de promesses!

En vérité je vous le dis, une fois tous mes documents remis pour participer aux concours, une autre forme de matin s’est mise à s’enchaîner. Ces matins où on se retrouve avec un point d’interrogation collé au front. Ces matins où on voudrait disposer de la voiture futuriste de Retour vers le futur pour avancer le temps, qui semble arrêté. Ces matins où… bon, je vous épargne le tableau!

Après la participation aux concours? L’attente du résultat. De la fameuse remise qu’on imagine si glamour!
pendu

Au tarot de Marseille, cette période est présentée par la carte du pendu. Tout ce qu’on peut faire, c’est attendre. Tendre l’oreille pour entendre ce qui se trame. Ou, mieux, se brancher sur notre propre intuition.

Accepter l’immobilité, même si elle nous est imposée. Ne pas trop fonder d’espoirs sur ce qui viendra après. Juste être. Dans le présent. Et essayer d’apprécier le chemin, même si l’état de transition est moche et que la plupart du temps, on se dit que cette expression, c’est de la foutaise!

Je ne sais pas encore si j’ai gagné ces concours. Je vous avoue que je commence à être à fleur de peau. À douter de la crédibilité de ma candidature. Plus fatiguée qu’enthousiaste face à l’issue de tout ça…

Le vrai secret des concours serait-il qu’il faut apprendre à s’en contreficher? À se distancer de cette fatidique journée de remise qui promet frissons ou glaçons?

Gagner est grisant! Cela est évident. Mais après tout, avons-nous besoin du regard de l’Autre pour légitimer notre art? Ce regard est-il essentiel à notre réussite?

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s