Comment devenir mon patron-mécène en 7 étapes faciles!

La professeure est toujours en moi. Même si l’écrivaine prend de plus en plus de place.

La preuve?

Je vous ai conçu un guide en 7 étapes faciles pour DEVENIR MON PATRON-MÉCÈNE sur Patreon!

À consulter pour savoir dans quoi vous vous aventurez en toute sécurité!

Consultez mon post sur Patreon.com!

Publicités

« Le courage, c’est l’art d’avoir peur sans que cela paraisse »

 

Pierre Véron a raison. Le courage, c’est garder la tête haute même quand on marche à genoux.

Moi, Joséane l’écrifaine, J’AI DU COURAGE DEPUIS TROIS SEMAINES! Oui oui! Je m’aventure dans le PERFECTIONNEMENT DE MON ÉCRITURE avec de nouvelles formations.

Et j’ai la trouille!

Isabel Vaillancourt, écrivaine d’expérience, et Chantal Blanchette, formatrice du Centre de formation et d’édition Mini Génie, m’apprennent tant de nouvelles astuces! Ça me surprend. Pire: ça me déstabilise. N’ai-je pas une formation en littérature? Ne suis-je pas une lectrice avisée? La réponse est OUI à ces questions.

Mais ça n’enlève rien au fait que JE PEUX ENCORE APPRENDRE TELLEMENT DE TECHNIQUES LITTÉRAIRES à titre d’écrivaine!

Il me faut enlever mon chapeau de professeur qui aime expliquer et exagérer pour retenir l’attention de ses étudiants. Et je dois apprivoiser mon chapeau d’auteur. Ce chapeau-là est tout en suspens et en modération. À ce qui paraît, ça a bien meilleur goût! 😛

MA TÊTE JUBILE, car elle absorbe des trésors. Mais MON VENTRE, lui, SE TORD d’angoisse. Il a peur que les 90 pages écrites soient à refaire en entier… Parfois, il va même jusqu’à croire qu’il n’a pas le talent pour écrire. Même si Isabel et Chantal et tous ses lecteurs lui disent le contraire.

Qui gagnera? Mon BON LOUP enthousiaste, humble et ouvert d’esprit? Ou mon MAUVAIS LOUP. Celui qui ronge ses peurs jusqu’à les avaler complètement?

Je vous annonce que JE CHOISIS le BON LOUP!

Oui, ramener l’ACTION dans mes passages TROP DESCRIPTIFS, c’est une charge de travail majeure. Oui, ça exige de moi une concentration extrême pour SUIVRE ISS ÉNÉE K à la trace et permettre au lecteur de s’accrocher à elle. Mais vous savez quoi? C’est un passage obligé pour ATTEINDRE L’EXCELLENCE. Et, comme Énée, qui ne cédera aucune oeuvre avant qu’elle n’ait une âme, je ne céderai aucune page avant qu’elle ne soit vivante.

Je dois faire vite! J’ai déjà 5 PATRONS-MÉCÈNES sur Patreon! Ils recevront mes premiers chapitres le 1er février. Rejoignez-les dans cette aventure pour découvrir jusqu’où je peux exceller dans l’art de raconter l’histoire d’Iss Énée K, l’artiste rebelle condamnée à guérir!

Votre dévouée Joséane l’écrifaine xx

 

 

Témoignages: Joséane est née pour écrire!

Cette semaine est une GRANDE SEMAINE! J’ai lancé ma campagne Patreon! Ainsi, à chaque 1er du mois, mes patrons-mécènes pourront lire le fruit de mon travail passionné. Je vous propose un accès direct et VIP au tome 1, SOLEIL DE MINUIT, de ma trilogie de science-fiction. Je fais une Molière de moi-même et vous transforme en Roi-Soleil!

Prêts pour cette aventure?

Pour vous allécher avec mon roman-feuilleton 2.0, voici en vrac des commentaires de mon équipe d’édition : mes lecteurs-réviseurs-amis-littéraires-et-professionnels-éditeurs!

« Tu es un génie de la littérature Joséane! J’ai terminé de lire tes chapitres à 1h30 de la nuit parce que je n’étais pas capable de m’arrêter! Bravo! » – Viviane Delisle, lectrice enthousiaste

« Je suis en train de lire ton manuscrit et je suis déjà captée par le ton vif de ton récit et surtout par sa qualité littéraire. Je n’ai pas l’habitude de lire de la science-fiction, c’est pour dire ! Je ne suis pas sûre d’avoir quelque chose à t’apprendre (c’est vrai que tu es un véritable écrivain, ma foi! ) » – Isabel Vaillancourt, écrivaine professionnelle

« Joséane, tu as un talent extraordinaire! […] Tu écris avec une compréhension subtile de l’âme de la langue. Tu es une VRAIE ÉCRIFAINE. » – auteur et professeur Neil Bissoondath, de l’Université Laval, à qui je dois mon surnom Joséane l’« écrifaine »

« Ton livre sera très bien, puisque même si je ne suis pas attirée par ce style – la science-fiction-, j’ai été prise par le texte. » – Suzanne Dugré, réviseure finale aux Éditions du Quartz

Merci de me suivre sur Patreon et de partager ma campagne en cliquant sur le bouton « Share » en haut à la droite de ma page de profil!

Votre soutien est un petit pas pour vous, mais un GRAND PAS POUR MON PROJET DE VIE: VIVRE DE L’ÉCRITURE!!! ❤

Devenez mon patron-mécène!

 

Image en couverture tirée du site: http://cinquiemevitesse.unblog.fr/tag/ecriture/

Investissez pour que je puisse VIVRE DE L’ÉCRITURE de mon futur best-seller!

Ça y est! Je suis toute excitée! Depuis des mois je ne parle que de socio-financement.
Eh bien m’y voilà! Je lance officiellement ma campagne Patreon! Woooo hooooo!!!! 🙂

C’est le début d’une nouvelle ère. Une ère où Joséane l’écrifaine aura le vent dans les voiles! Une ère où je pourrai VIVRE DE L’ÉCRITURE! Où je pourrai accoster à tous les rivages de mon imagination!Et une ère où VOUS aurez accès à une TRILOGIE DE SCIENCE-FICTION qui promet de vous enivrer! De renverser votre perception de l’univers.

Prêts à embarquer dans le bateau de mon ROMAN-FEUILLETON 2.0? Vous trouverez le PROLOGUE DE MON TOME 1, SOLEIL DE MINUIT,  en pièce-jointe sur mon premier « post » sur Patreon. Tout pour vous donner l’eau à la bouche!

Un, deux ou trois chapitres par mois vous attendent. À vous de choisir la récompense que vous préférez, chers « patrons »-mécènes!!

Je ne le dirai jamais assez: MERCI DE ME PERMETTRE DE FAIRE CE QUE MOI SEULE PEUT FAIRE: ÉCRIRE MA TRILOGIE CONDAMNÉS À GUÉRIR!

patreon.com/joseanelecrifaine

téléchargement

Mon inspiration pour le nom d’Iss Énée K

Je ne sais pas pour vous, ami(e)s écrivain(e)s, mais pour moi, une histoire naît toujours par le biais d’un personnage. Avant même de connaître les thèmes, l’intrigue et le contexte social, historique et politique, je vois un personnage. Son corps, ses traits psychologiques, son destin. Qu’est-ce que ce personnage a à m’apprendre et à me faire vivre? Car on ne se le cachera pas, l’écriture est une véritable thérapie!

Quand l’artiste pluridisciplinaire et rebelle est apparue dans mon esprit, je l’ai tout de suite aimée. Irrévérencieuse. Forte tout en étant brisée. Engagée envers la planète plus qu’envers les Humains. Elle fonce malgré les dangers mortels qu’elle encourt. Elle est parfaite pour me donner envie de la retrouver à chaque nouveau chapitre! Mais il me fallait trouver un nom. Ouf!

Il y a plusieurs façons de nommer un personnage:

  • On peut chercher dans le dictionnaire des prénoms une définition qui nous convient.
  • On peut chercher dans les noms les plus fréquents ou les plus originaux de tous les pays de la Terre.
  • On peut le nommer selon une de ses caractéristiques psychologique, comme Severus Rogue, dans Harry Potter – rogue signifie arrogant.
  • Ou selon une donnée de son destin, comme Meursault, dans L’Étranger de Camus, promis au meurtre et à l’exécution.
  • On peut même le nommer par un trait physique, comme le Bossu de Notre-Dame, dans Notre-Dame de Paris.
  • Ou encore faire un hommage à un personnage d’un auteur qui nous a marqué. C’est ce que j’ai choisi de faire après de nombreuses hésitations! La lecture du Cycle d’Hypérion, de Dan Simmons, a changé ma vie. C’est cette oeuvre qui m’a fait aimer la science-fiction, c’est pour dire! Et le personnage d’Énée, dans les quatre derniers tomes du Cycle d’Endymion, est renversant. Il m’habite encore, après plus de 5 ans. Donc me voilà ravie de vous apprendre que mon artiste se nomme Iss Énée K s’appelle ainsi en hommage à mon idole Dan Simmons.

Connaissez-vous l’auteur américain Dan Simmons? Si la réponse est non, alors remédiez à la situation et lisez le Cycle d’Hypérion. Maintenant! 🙂

 

L’individualisme: un thème de ma trilogie

Les pays occidentaux vivent actuellement dans l’ère de la Post-Modernité, donc dans l’après Modernité. Qu’est-ce que cela signifie? Ça veut dire, entre autres, que nous vivons une période où l’individualisme est exacerbé. Où l’individu est au centre de tout. Où le MOI prime sur le NOUS.

Ma trilogie de science-fiction utopique aborde ce thème de front. Curieux d’en avoir un aperçu?

Depuis 600 ans, la colonie de survie, à Grønland, est fondée sur l’individualisme. Que l’on soit Obscur ou Illustre, la lutte pour surpasser les autres est féroce. Il faut écraser pour briller. Pire: il faut écraser pour survivre.

À Metrøpolia, ville des Obscurs, la notion de mariage n’existe pas. On crée une « alliance » entre homme et femme. Pourquoi? Pour procréer et ainsi échapper à l’évaluation du Ministère de Régulation Démographie pendant 10 ans. Une véritable bouffée d’air frais dans un monde de fumée!

Les enfants qui naissent de ces alliances dépourvues d’amour sont élevés comme des machines vouées à la productivité. Dans l’univers de compétition qui est le leur, seule la réussite personnelle justifie de se faire des alliés. Ou des ennemis…

 

Jusqu’où ma société s’enfoncera-t-elle dans l’individualisme exacerbé? Le pays de Grønland saura-t-il se métamorphoser?

Vous pourrez le découvrir en devenant mon mécène sur Patreon sous peu! 😉

Photo à la une tirée du site http://assurbuzz.com

 

Nouvelle formation littéraire dès le 25 janvier!

Dans ma biographie, je vous ai confié combien la formation « Comment écrire un roman« , du Centre de formation et d’édition Mini Génie, a révolutionné mon rapport à l’écriture.

Eh bien, je vous annonce en primeur que je me suis inscrite à une nouvelle formation: « Comment enrichir un texte« !

Je lancerai très bientôt ma campagne de financement sur Patreon, et il est ESSENTIEL pour moi d’offrir des chapitres de la plus grande qualité aux lecteurs qui seront mes mécènes. Ne vous méprenez pas, mes chapitres sont déjà « sur la coche »! 😉 Vous en avez eu un aperçu avec mon Prologue. Mais j’aime apprendre, et, pour de vrai vrai, je suis une perfectionniste finie! Alors j’ai décidé de faire appel à une professionnelle pour ajouter la touche finale à mes chapitres.

En discutant avec Chantal Blanchette, la formatrice, j’ai été agréablement surprise de découvrir qu’elle se souvenait de moi après 2 ans. 2 ans! C’est très flatteur! 🙂 Elle m’a confié qu’une grande partie du contenu de cette nouvelle formation serait de la révision pour moi, comme je suis une littéraire universitaire, mais qu’en même temps l’atelier me permettrait d’aller plus loin et de me faire davantage confiance en tant qu’écrivaine. Attrayant, non!?

Alors me voilà lancée pour apprendre, dès le 25 janvier:

Comment rendre le texte plus vivant? 

Comment améliorer votre style d’écriture?
Comment rehausser vos techniques d’écriture?

 

Découvertes sur la créativité

Pour le dire poliment, disons que lorsque « j’évacue » ce qui est superflu au bon fonctionnement de mon corps, j’aime apprendre et découvrir. Ainsi, je lis au petit coin. Je dispose d’une caisse de lait remplie de livres et de revues scientifiques, culturelles et féministes. Une collection impressionnante de sources d’inspiration! 🙂

Ma dernière GRANDE DÉCOUVERTE? L’article « Pourquoi les personnes créatives paraissent souvent excentriques » publié dans Cette science qui ne cesse de nous étonner, de Jean-Marie De Koninck (2011).

Voici mes extraits préférés juste pour votre plaisir!

C’est comme si les personnes créatives avaient besoin de développer un mode de vie non-conforme afin de pouvoir se mettre en « mode créatif ». Le psychologue Robert Ornstein, auteur de The Psychology of Consciouness commente: « Si vous passez trop de temps à être comme tous les autres, vous diminuez vos chances d’arriver à quelque chose de différent. » Il semble donc que les génies ont besoin de se détacher de la réalité pour laisser place à leur créativité, ce qui peut parfois leur donner un « look » excentrique.

Bon, je ne fume pas les mégots trouvés dans la rue comme Einstein et je ne crois pas non plus que les personnages de ma trilogie de science-fiction me suivent dans la rue, pas plus que je ne creuse de tunnels dans mon jardin comme Seymour Cray le créateur du superordinateur CRAY, MAIS TOUT DE MÊME!

Avec ma campagne Patreon de socio-financement, je suis en train de m’inventer une nouvelle vie qui ne ressemble en rien à une vie de salariée standard. Je suis une artiste pluridisciplinaire – qui crée des œuvres d’art en plus d’écrire, oui oui!! – qui veux et qui va vivre de son art. Rien de moins!

Dans son livre Essai sur la psychologie de l’invention dans le domaine mathématique, Jacques Hadamard […] soutient le thèse que pour réaliser une découverte scientifique (ou pour créer j’ajoute!), il est nécessaire de laisser son esprit « vagabonder » et de « penser à côté » (une expression attribuée à Souriau).

Il ramène à 3 les étapes de la démarche scientifique (et créative!).

1-  la préparation (durant laquelle le scientifique (artiste) se documente et explore le terrain)

2- l’incubation (durant laquelle le chercheur (artiste) laisse son subconscient « brasser les idées » pendant que le conscient vaque à des occupations n’ayant rien à voir avec l’objet de la recherche en question)

3- l’illumination (laquelle arrive lorsque le subconscient vient cogner à la porte du conscient pour lui annoncer qu’une « découverte a été faite »)

C’est durant la période d’incubation que le chercheur paraît le plus souvent détaché de la réalité, voire excentrique.

Pour moi, la création, surtout littéraire, est un feu roulant de ces 3 étapes. Pendant que je prépare un chapitre, je suis en processus d’incubation des précédents chapitres et je savoure l’illumination de ce qui sera à venir. Chaque étape propulse une autre étape.

Chers créateurs, qu’en est-il pour vous? Je suis curieuse de lire vos commentaires!

Résumé de mon tome 1: curieux?

Voici ce que vous trouverez sur la quatrième de couverture de mon tome 1 intitulé SOLEIL DE MINUIT!

Au pays de Grønland, Iss Énée K, une Illustre artiste, découvre toute l’injustice dont le gouvernement du Président Kai est capable lorsqu’elle se fait amputer de sa main de créatrice. L’évaluatrice du Ministère de Régulation Démographique venue la rencontrer est on ne peut plus claire: « Un an. Le Président Kai vous accorde UN AN pour guérir et retrouver une place digne de ce nom parmi les Illustres. D’ici un an, vous devez recommencer à créer en arts visuels. C’est le motif de votre consécration en arts. Mais nous serons là pour voir… Nos yeux seront là pour voir votre art. Plus aucune critique sociale et politique ne sera tolérée de votre part. Plus aucune provocation ne sera admise dans vos œuvres. Au terme de cette année, si vous ne nous avez pas convaincus de votre utilité pour la société grønlandaise, vous connaîtrez la mort sociale telle une Obscure. »

Mais comment Énée pourrait se laisser soigner par ceux-là même qui la menacent?

L’Institut de Santé Intégrale, un hôpital flottant réservé à l’élite, dérive sur la mer du Grønland. Loin de la ville de Zarathøustra où le Président exerce son pouvoir. Mais n’entre pas qui veut à I.S.I.. Et une fois admis, le patient doit abandonner toute prise sur son processus de guérison.

 

Me suivre autrement

Je l’avoue candidement, j’apprends encore comment fonctionne les différentes plateformes de réseaux sociaux. C’est INCROYABLEMENT COMPLEXE, mais je suis convaincue qu’elles ont toutes leur utilité!

Alors voilà, si vous le souhaitez, vous pouvez aller fureter sur mes différentes plateformes. S’y trouve déjà du contenu. Il y en aura d’autres à venir!

Facebook: https://www.facebook.com/joseanelecrifaine/ Beaucoup d’informations dans la section « À propos » et beaucoup de likes! Youppi!

Twitter: https://twitter.com/EcrifJoseane  Mes premiers pas. Avez-vous des suggestions de personnes ou de groupes à suivre?

Google + : Joséane Toulouse   Allez voir mes collections, je les trouve intéressantes! 😉

Pinterest: Joseane Toulouse Pour ceux qui sont curieux de connaître mon sens de la beauté et mes projets persos! Une surprise vous y attend!

Bonnes visites!

 

 

Ce qui a inspiré ma trilogie

Le GRAND DÉCLIC de ma trilogie s’est produit quand j’ai rencontré LE GRAND AMOUR DE MA VIE. Vraiment! C’est la vérité toute crue! Ça faisait 7 ans que je tatillonnais avec des bouts de début d’histoires, et quand j’ai frappé à la porte de l’amour et que la réponse a été OUI, deux personnages sont nés simultanément dans mon esprit. La Guérisseuse et l’Artiste. Il ne me restait plus qu’à créer un récit, un contexte social et politique, des innovations technologiques, bref, tout un monde! Et je l’ai fait!

Je le redis, la formation intensive que j’ai suivi il y a deux ans, COMMENT ÉCRIRE UN ROMAN, du Centre de formation et d’édition Mini Génie, m’a été d’une grande aide pour mettre toutes ces dimensions en place. AVANT cette formation, je pataugeais dans une mer d’idées sans connaître la direction à prendre. Je n’étais pas loin de la noyade par épuisement. APRÈS cette formation, j’étais littéralement sur une rampe de lancement; direction l’univers! The sky n’était plus la limite! 😉 C’est d’ailleurs là que j’ai su que j’écrivais une trilogie et non pas un roman fleuve de 1 000 pages.

Et il y a eu un autre GRAND DÉCLIC dans mon processus d’écriture de ma trilogie. J’ai lu et vu le premier tome-film d’HUNGER GAMES, la trilogie de science-fiction de Suzanne Collins. C’est grâce à cette oeuvre marquante que je me suis autorisée un thème que je n’avais jamais osé aborder: la CRITIQUE SOCIALE ET POLITIQUE. Un vent de liberté m’a alors submergée. OUI, j’avais le DROIT d’écrire sur la société et ses failles profondes. Même si mon histoire prend place 600 ans après une catastrophe environnementale apocalyptique, j’écris sur un monde qui fait échos au nôtre. Considérons-le comme une métaphore complexe de notre réalité.

Grâce à ces inspirations, j’écris et je fonce vers ma prémisse (le message de ma trilogie):

Une société dysfonctionnelle n’a pas le pouvoir d’empêcher l’évolution de l’espèce humaine, qui trouvera toujours le moyen de GUÉRIR et de DEVENIR CE QU’ELLE EST: une ESPÈCE CONNECTÉE et LIÉE.

Biographie de Joséane

J’ai commencé à écrire dans ma tête avant même d’apprendre à écrire avec des lettres et des mots sur du papier. Vraiment, je suis née pour écrire!

Déjà, toute petite, j’adorais créer des histoires et des personnages. Je m’inventais des mondes dans lesquels toutes mes émotions trouvaient leur place. J’ai grandi en pianotant sur la dactylo de ma mère, puis sur notre premier ordinateur beige au clavier bruyant. Vous savez, ces ordinateurs qui étaient connecté sur Internet via la ligne téléphonique et qui nous crachaient des sons démoniaques!?

Parvenue à 18 ans, ravie, j’ai étudié en Arts et lettres au Cégep pour ensuite me perfectionner en Études littéraires à l’Université Laval à Québec. J’ai étudié la littérature française et québécoise. Je me suis aussi gâtée avec quelques cours de création littéraire. Mes préférés, entre vous et moi! 😉

Et vous savez quoi? Étudier des chefs d’œuvres d’hier et d’aujourd’hui m’a figée dans la glace! Je voulais écrire après ma formation. J’en éprouvais le besoin pressant. Mais j’étais bloquée. Ma création était devenue trop intellectuelle. Je me freinais en cherchant trop à analyser mes textes. Je voulais qu’ils soient aussi parfaits que ceux des auteurs qui avaient fait grande impression sur moi. Ainsi, après quelques pages seulement, j’abandonnais mes récits dans le fond d’un tiroir qui devenait de plus en plus plein et gênant.

10 ans après mon Baccalauréat en Lettres, me voilà de nouveau rivée au clavier de mon ordinateur portable. Enfin, j’ÉCRIS! Le déclic s’est fait et je produis quantité de pages par mois. Et je n’écris pas n’importe quoi! J’écris une TRILOGIE DE SCIENCE-FICTION dont chaque tome sera d’environ 500 pages!

Me voilà reconnectée à ma RAISON D’ÊTRE SUR TERRE: ÉCRIRE!

 

Mon objectif littéraire

Publier en 2017 SOLEIL DE MINUIT, mon tome 1 final de 500 pages ou +.

Si vous souhaitez me lire AVANT cela, vous pourrez le faire grâce à Patreon, une plateforme avec laquelle je récompenserai les gens qui me donnent un montant X par mois en échange de chapitres exclusifs!

Je vous tiens informés sitôt que je lance ma campagne de socio-financement Patreon!

Ma trilogie CONDAMNÉS À GUÉRIR

Je conçois ma trilogie de science-fiction intitulée Condamnés à Guérir depuis 3 ans. Le tome 1 s’intitule Soleil de minuit, le tome 2 Soleil noir et le tome 3 Soleil d’éveil. J’ai terminé l’année 2015 avec 90 pages finales du Tome 1.

10 ans après une formation collégiale et universitaire en littérature qui m’a si bien formée qu’elle m’a figée (comment écrire quand on vient de savourer les vers de Baudelaire!?), me revoilà de nouveau rivée au clavier de mon ordinateur portable. Enfin, j’ÉCRIS! Et pas n’importe quoi! J’écris une TRILOGIE DE SCIENCE-FICTION UTOPIQUE ET D’AVENTURE. Une trilogie dont chaque tome sera d’environ 500 pages!

Me voilà reconnectée à ma RAISON D’ÊTRE SUR TERRE! « Deviens ce que tu es. Fais ce que toi seul peut faire. » Je suis fière d’appliquer cette magnifique citation de Nietzsche à ma vie!

Extrait du tome 1 de ma trilogie de science-fiction intitulé SOLEIL DE MINUIT

PROLOGUE

Les hanches nues d’une femme passent devant l’objectif de la caméra de surveillance. Camouflée dans une pierre, à l’extrémité Est de la Place de la Survie, tout près du Kanyon Ör profond de 800 mètres, la caméra capte aussitôt le mouvement des jambes et la courbe féminine des reins. Elle filme dans la lumière cuivrée du soleil couchant

Sitôt qu’elle le franchit, la femme s’éloigne de l’objectif de la caméra. À pas de félin. Avec lenteur. Elle se dirige vers le Pont de la Consécration. La distance qui sépare l’appareil de son objet permet maintenant de voir les fesses creuses et le dos vallonné de vertèbres et de côtes. La naissance des cuisses décharnées. Une chair molle deux couleurs, hâlée inégalement par le travail à l’extérieur, sous l’astre brûlant à peine atténué par la couche d’ozone devenue trop fine.

La femme s’éloigne de la caméra. Encore. Plus loin. Puis, la plante sale de ses pieds quitte les dalles de gneiss rouge bordant la Place de la Survie pour se déposer sur la structure fraîche en zinc et en aluminium du Pont de la Consécration. Autour d’elle, quatre grands écriteaux mettent le citoyen de Metrøpolia en garde. Les plus frappants, en rouge, indiquent sans détour : « Passage interdit aux Obscurs » et « Ne pas franchir sous peine de mort ». Les mots sont encerclés de crânes et des armoiries de l’armée – un demi-cercle transpercé d’une épée. Les menaces n’ont aucun effet sur la jeune personne dorénavant captée des pieds à la crinière par la caméra. Elle franchit le mur légal des pancartes rouges avec la même détermination que celle captée dès les premières secondes par la caméra de surveillance. Elle allonge un pas, puis un autre, la posture droite et solide malgré la fragilité apparente du corps, sans égards pour les indications affichées sur les panneaux blancs : « Voie exclusive aux Illustres de Zarathøustra » et « Voie aménagée pour le transport des marchandises vers la capitale ».

Et pourtant.

Pourtant, cet être qui traverse les menaces d’exécution et qui s’enfonce davantage sur le pont long d’un point deux kilomètres EST un Obscur de Metrøpolia. Oui, elle est Obscure, et non pas Illustre. Ça se perçoit à la silhouette osseuse, à la peau rougie et brunie, par endroit quasi translucide. Ça se voit à la finesse des muscles des cuisses, qui tremblent à chaque nouveau pas franchi.

Quelque chose cloche.

La sirène d’alarme retentit sitôt que la femme atteint le capteur de mouvements, à 30 mètres de l’entrée du Pont de la Consécration. Alors, l’intruse cesse tout mouvement. Son corps se fige, jambes écartées, épaules dégagées. Mains entrouvertes suspendues dans l’air tendu.

Deux soldats quittent en catastrophe leur poste de surveillance, situé à 100 mètres du début du pont. Ils accourent, carabine à la main, vers l’Obscure responsable de la sirène stridente. À 60 pas de leur cible, ils s’arrêtent et la mettent en joue.

C’est alors que la mire de leur fusil leur fait voir ce qui cloche.

Stupéfaits, ils réalisent simultanément que l’intrus est une femme complètement nue et que cette femme est gravement blessée à l’abdomen. Une plaie ouverte strie son ventre, dessous le sein droit. L’emplacement de l’estomac; un organe recherché sur le marché, songe la femme soldat en serrant les mâchoires. Un coup d’œil de plus dans sa mire lui permet de confirmer qu’il n’y a aucun signe d’arme sur l’Obscure illégale. Impossible d’en cacher une avec cette nudité intégrale.

Les deux militaires en charge de la surveillance du pont échangent un regard de concertation. Leur ordre est de tirer sur tout Obscur qui franchit la limite du pont. Sauf que cette femme offre un étrange spectacle qui pique la curiosité. Ils hésitent.

À distance, l’imposteur sourit en elle-même tout en conservant la splendeur de l’indifférence sur son visage. Les gardes n’ont pas fait feu sur elle. Son plan fonctionne.

Le Pont de la Consécration perd quant à lui de son lustre à chaque instant qui passe. Des gouttes de sang clair tracent l’itinéraire de l’Obscure en rouge vif.

De l’index et du majeur droits s’écoule l’hémoglobine avec la régularité d’un métronome.

Couverture page facebook

Pourquoi Joséane l’ÉCRIFAINE?

Pourquoi le mot mal orthographié ÉCRIFAINE pour me décrire? Parce que j’ai été consacrée écrivaine à l’Université Laval par l’auteur et professeur Neil Bissoondath à la suite d’un cours de création littéraire avancé. Seul hic? Un « F » à la place d’un « V »!

Voici ses commentaires gravés à jamais en moi:

Quelle performance! À part ton talent extraordinaire, tu as fait preuve d’une maturité rare. J’ai été au début très dur et je le sais – tu as répondu avec une ouverture d’esprit et un désir d’apprendre peu communs. Tu es disciplinée, tu travailles fort, et tu écris avec une compréhension subtile de l’âme de la langue. Tu es une VRAIE ÉCRIFAINE. »

Neil

Neil Bissoondath